Fairy Tail Dimension



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Mage de Silver Scythe / Admin


× Date d'inscription : 19/10/2016
× Sexe : Masculin
× Messages : 59
× Âge du Perso : 24
× Réputation : 10
× Rang du Perso : B
× Puissance Magique : 1340
× Magie(s) : Crash
× Jewels : 211571
Mage de Silver Scythe / Admin

MessageSujet: Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn   Dim 4 Déc - 20:20


 
 
 

« La violence prétend être la solution d'un problème. C'est elle qui est un problème. » - Frédéric de Dean.
Un tour de cadrant venait de se terminer, affichant midi sur sa montre ainsi que sur sa mine déconfite. Ne se souvenant pas même de la nuit dernière passé au creux des bras de Morphée, Dean ne se rappelait même plus de la chaleur de sa couette et de son enthousiasme au réveil ; lui ne se rappelle plus que la noirceur d'une boucle sans fin qu'est l'enfer de son quotidien. Les gens passaient et repartaient après quelques consommations bien glissées dans le gosier ; seul les habitués demeuraient, condamnés à errer dans cet endroit qu'il a lui-même choisit. Cela faisait quelques jours, à peine et seulement quelques jours que Dean et Marek avait foulé cette dite-terre, la ville de Oak Town, mais cette éternité si lointaine semblait plutôt être sa réalité. Le mage de Silver Scythe ne se rendait certainement pas compte de sa situation, il ne se rendait plus compte de rien ; car la saveur et la senteur de cet endroit éveillaient en lui désormais tant de tendres souvenirs de sa vie antérieure. Étant désormais en voyage, sa vie actuelle n'était plus la même. Il se devait à présent d'accepter sa condition d’homme. En effet, la bière ne semblait pas du tout avoir le même goût que d'habitude, les conversations qu'il engageait avec autrui ne lui donnait pratiquement plus le sourire... Le quotidien monotone, ce qu'il avait toujours redouté et qui était malheureusement en train de lui arriver.


Après tout, la rencontre avec le jeune Marek avait été un événement plutôt majeur pour notre jeune homme et cela sans compter sur la bataille de Hall au Win. Quand bien même cela avait pu s’avérer dangereux à première vue, tous étaient parvenu à en ressortir vivant sans la moindre séquelle. Ce passage fut considéré comme l'élément déclencheur de l'ascension de nos protagonistes. Car si jusqu'à lors personne n'avait eu vent de l'existence même de nos personnages, semblerait-il que la donne avait quelque peu changé avec l'attaque du château. Souriant faiblement, Dean s'interrogea tout de même quant à la réaction de ses aïeux. Auraient-ils été surpris de voir que leur enfant était devenu ce "pseudo-criminel" ? « Sans doute que Papa serait fier. » pensa Dean quelque peu enjoué. Il fallait dire que cette situation avait pour effet de le faire rire à l'inverse de ce calvaire qu'il vivait en ce moment-même.



▲▼▲


Un léger soupire vint alors animer le visage de Dean, alors qu'il s’allumait une clope.
ㅡ « Pfiouu [...] » dit-il en liquidant son verre.

Comment était-il possible d'échapper à l'enfer qu'était la monotonie ? Depuis leur rencontre à Crocus, leur aventure ne semblait n'être qu'un paysage d'ennui teinté de grisaille, euphémisme très ironique pour lui quand on savait de quelle guilde il faisait parti. Désormais condamné à errer comme un prisonnier attendant la peine de mort, plus rien ne semblait réellement important si ce n'était la survie dans ce bas monde. Ah si... J'oubliais cette dernière. La fumée de sa cigarette qui se colle à ses narines est indubitable ; la seule chose qui le rappelait à l'ordre, qui le maintenait éveillé. C'est donc après s'être enfilé son petit paquet de clope que notre jeune mage glissa quelques piécettes le long du comptoir. Ayant fini son verre de Jack Daniel, séduit quelques employées au passage, c'est maintenant l'heure pour les deux compères de reprendre la route ; Dean ne souhaitait pas faire ce genre de mauvaises rencontres vous savez (entre la police ou encore Guilty Steel) ou même se faire emmerder sur la route...

Et ouais c'est qu'il y avait toujours du monde, des habitués, des gens qu'il n'a jamais croisés, des idiots, des gens un peu trop bourrés et eux. Pourquoi eux ? Et bien sans doute parce que Dean se complaisait à se prélasser, contemplant la scène, le vécu de chacun. Un bar n'était pour Dean rien de plus qu'un antre de dépravation, un lieu de débauche pour ceux qui ne savaient plus trop quoi faire, ni où aller ; comme lui-même, totalement barré ou agacé. Ainsi dans un mouvement nonchalant le jeune homme se servi un dernier verre, se saisissant d’un Marek encore plongé dans une poitrine avant de sortir de la taverne ; priant que quelqu'un vienne le sortir de sa torpeur ; de ce moment d'existence lent, morne et chiant.

Et décidément Dieu prit en compte l'appel de son fidèle. C'est à ce moment précis que fit son entrée, cette espèce de pute, cette vieille conne au regard un peu perdu. Bien entendu cela allait sans dire… Oui, Marek s’était encore attiré des problèmes ; et à la tête que ladite donzelle tirait cela ne présageait rien de bon.



Ta voix brise le silence.
ㅡ « Et merde [...]» dit-il en se grattant l'arrière du crâne.


Un Running Gag ? Non pas du tout.



786 mots | //
 




Dernière édition par Dean Vanetti le Sam 10 Déc - 3:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Mage de Guilty Steel


× Date d'inscription : 02/11/2016
× Age : 19
× Sexe : Masculin
× Messages : 38
× Âge du Perso : 24 ans
× Réputation : 5
× Rang du Perso : C
× Puissance Magique : 1140
× Magie(s) : Memory Make
× Jewels : 72763
Mage de Guilty Steel

MessageSujet: Re: Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn   Lun 5 Déc - 22:35

Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries - Un vase bing ?
Vean Danetti
☼ Bref, j'suis un peu pété t'façon.

Cheveux en bataille, tête nichée dans une paire de seins, une femme à moitié nue et une bouteille de vin qui traînait dans le coin. Tel était l'environnement où Marek se trouvait, la nuit dernière, ils avaient fait la fête et ça se ressentait sur son visage. Quand bien même le nain semblait n'être qu'un petit gamin et inapte à faire ces choses là.. et bien sachez que l'âge légal, il l'avait dépassé il y a bien des années !

C'était donc à moitié nu qu'il sortait de cette caravane pour partir à la rencontre de Bean, son nouveau pote, qui avait finalement décidé de se joindre à eux pour voyager. Lui, bien qu'en apparence plutôt bizarre, était quelqu'un de calme de nature, mais qui savait s'amuser !  Suffisait de voir la première fois il s'est joint au groupe, il ne s'était pas gêné pour envoyer de claques dans le visage d'une jeune femme..

Bon après, rien d'homosexuel, quand je dis à moitié nu, je parle de la bonne moitié, la supérieure.. bande de gros porcs. Enfin, ils étaient arrivés à Oak Town, la destination finale de ces marchands, la fin du voyage.. tout aurait pu se terminer ici, cependant, ils étaient bien loin du compte.

☼ Café crème, s'il vous plait.

Une escale dans un bar, c'était quelque chose qui n'arrivait pas souvent, au vu de sa petite taille, le nain se voyait souvent refusé l'entrée ; heureusement cette fois, il était accompagné. Grâce à Dean, il put mettre un pied là ou il ne rentrait pas souvent, s'asseoir au comptoir comme un grand garçon, bien que ses pieds ne touchaient pas encore le sol, était une preuve qu'on commençait enfin à le reconnaître comme l'adulte qu'il était réellement et non pas l'enfant que son apparence laissait croire.

La serveuse était bonne. Ouais, bonne avec ses mains ! Elle était capable de transporter plusieurs plateau rempli de boissons à chaque aller retour.. ouais, c'est dire que si Marek s'attardait à regarder ça, c'est qu'il devait vraiment se faire chier. Fricoter au cœur d'une poitrine chaleureuse ne l'intéressait plus depuis un moment déjà, cet endroit le mettait de plus en plus mal à l'aise au fur et a mesure que sa note gonflait. Le prix des chocolats chauds ici étaient exorbitant

▬ Bon... eh bah, j'suis bon qu'à ça de toute manière... soufflait Marek dans sa barbe inexistante avant de se jeter sur la serveuse qui ne faisait que son travail, mais même là, il n'éprouvait aucun plaisir a l'acte, la petite flamme avait disparue depuis un moment déjà, depuis qu'ils étaient arrivés à Oak Town en fait.

Le bras musclé de son compagnon le tirant vers la sortie fut un signe divin, allait-il le libérer de cet ennui gigantesque qui s'était emparé de lui ? On dirait bien.

Le mini-mage se fit tirer hors du bar et put enfin respirer l'air libre, les vapeurs d'alcool commençait à lui monter a la tête de toute façon... peut être un peu trop d'ailleurs, car dès que le brun le laissa se mouvoir de lui même, il se mit à tituber comme le dernier des poivrots, heurtant une jolie demoiselle sur son chemin. « Crack » c'était le bruit qui avait déclenché toute cette merde.

Je suis vraiment désolé mademoiselle ! Je suis un peu maladroit ! Disait le mini mage alors qu'il commençait à ramasser les petits bouts de vase qui s'était brsé en heurtant le sol. J'espère qu'il n'avait pas de valeur.. après tout il avait l'air bien moche.

▬ Bien moche ? Mais sombre con ! C'est un vase bing de l'époque ! Ça vaut au moins 94.000.000 de Jewels ! J'espère que t'as ça sur toi.. sinon j'appelle la police !

Marek éclatait de rire, un vase bing ? C'est quel genre d'arnaque ça ? Même à huit ans il était capable d'inventer des sottises qui tenaient bien plus la route que ça.

▬ Ouais, c'est ça, tu peux raconter tes salades à qui tu veux, même quinze jewels je ne te les donne pas pour cette merde ! Si tu t'es faite avoir, c'est pas ma faute !

Il se sentait intelligent, il venait de répondre à une personne qui faisait trois tête de plus que lui ! Enfin, c'est ce qu'il croyait...

▬ à l'aide ! On m’agresse ! Ces deux types on tentés de me violer en pleine rue !

☼ Oh hell naw.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairytaildimension.forumactif.com/t135-marek-nemir-fiche-de-mage#842

avatar
Mage de Cyclops Eye


× Date d'inscription : 05/12/2016
× Messages : 18
× Âge du Perso : 25
× Rang du Perso : A
× Puissance Magique : 1400
× Magie(s) : Vent Divin
× Jewels : 28325
Mage de Cyclops Eye

MessageSujet: Re: Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn   Sam 10 Déc - 3:37



Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries ▬ DEAN.MAREK.

Bientôt, le froid de la nuit reprendrait ses droits sur la voûte céleste. L'après-midi était déjà bien entamée et les heures défilaient, indifférentes à l'empressement des hommes et leur effervescence. L'atmosphère s'était transformée, remplaçant la chaleur étouffante en un manteau froid qui caressait désormais les joues d'Autumn. Elle détestait la sensation brûlante du soleil qui frappait sa peau alors qu'elle ne pouvait voir que l'obscurité dense et opaque à jamais.
Elle n'aimait pas le jour, ni le soleil, même si elle ne distinguait ni l'un ni l'autre avec ses propres yeux. Il ne lui restait plus que les sensations amères, le toucher étranger et dégoûtant sur son corps. La chaleur qui attaquait son épiderme, la lumière qui frappait son visage. Elle exécrait l'affreuse sensation de brûlure sur son cuir chevelu, mêmes attachés ses longs cheveux blancs argentés subissaient face au soleil. Seule la caresse du vent lui restait agréable et la froideur de la nuit. Et même parfois, cela lui était arraché, balayé par le reste et la laideur du monde.

Le soleil se couchait lentement. Très prochainement il disparaîtrait du ciel, se fondant parmi les ombres des bâtiments, disparaissant derrière l'horizon. Même en imaginant le spectacle, elle n'avait que des mots, insipides et sans aucune substance. Il n'y avait ni forme, ni contour, juste la vague idée d'un ciel sans nuages, puisant dans les maigres souvenirs restants de sa tendre enfance. Elle ne possédait que les propos des uns, les descriptions ou remarques de certains, qui étaient la base d'une imagination sans essence. Elle n'avait plus que ses autres sens, la vue lui faisant défaut. Elle entendait juste la clameur des hommes, devinant aux bruits les personnes sur son passage et au toucher de sa canne personnalisée - une rapière dangereusement aiguisée - les obstacles qu'elle avait à franchir.
Elle était si fatiguée, si éreintée de cette vie fabriquée d'ombres floues dans une obscurité si dense que même les formes ne pouvaient se distinguer dans cette noirceur complète.

Cette ville lui était inconnue, tout comme le reste du monde. Était-elle belle, avec de beaux bâtiments et monuments ? Elle ne le saurait jamais. Elle n'avait eu pour foyer que sa maison, et le reste n'était que ténèbres indistinctes. Son univers était ainsi, sombre et étouffant. Aujourd'hui avait été une longue journée. Las, elle ruminait en silence, exténuée de son combat d'il y a quelques heures. L'endurance n'avait jamais été son point fort et ne le serait probablement jamais. Elle aurait bien voulu s'entraîner, mais devait-elle courir dans une certaine direction ? Elle finirait dans un mur en moins d'une minute ou perdue dans un endroit inconnu. De toute façon, elle n'aurait jamais un physique de sportive. Pas en fumant, en tout cas.

Elle étouffa un soupir. En parlant de fumer, elle attrapa une cigarette et se l'alluma. Quelle allure, une aveugle avec une canne de fortune à la main et dans l'autre une cigarette. La soirée s'annonçait splendide. Elle ne pouvait même pas utiliser sa magie pour distinguer son environnement. Elle préférait économiser ce qu'il lui restait, en cas d'extrême urgence, même si au mieux elle pourrait se défendre mais elle survivrait. C'était le noir, complet. Elle serait complètement à l'aveugle pendant encore plusieurs heures. Il n'y avait plus que les sons, et les rares odeurs - parfum, transpiration et autres senteurs plus ou moins exotiques. Merci les humains. Dieu ce qu'elle adorait la ville.
Elle esquissa une affreuse grimace en se faisant bousculer par quelqu'un. Pile là où elle avait mal. Fantastique. Elle était certaines que des bleus étaient apparus, ci et là, et sa lèvre était fendue à un endroit, courtoisie du mage qu'elle avait croisé auparavant. Affreusement mauvaise aux combats de longue durée, elle avait finit par se retrouver avec des blessures, lui laissant un goût amer sur les lèvres. Douce miséricorde...

Traversant une rue, elle sentit l'odeur suave de l'alcool et de la chair, affreux mélange. Des bars s'élevaient des éclats de voix, des rires gras ponctués d'exclamations parfois grotesques, l'une des plus merveilleuses facettes de l'humanité certainement. Sa rapière balaya devant elle, tapant contre le sol en un bruit sec. Peut-être finirait-elle dans un bar, elle aussi, seule à noyer son esprit dans la boisson et l'oubli qui l'accompagnait. Elle s'alluma une autre cigarette, songeant à cette possibilité. Plongée dans ses pensées, elle faillit sursauter à l'entente d'un son fort : le bruit du verre qui se brisait rompit à la fois le tumulte et le flot des idées qui tourbillonnaient dans son esprit.
Un éclat de voix résonna devant elle. Une altercation débuta de manière véhémente.

« A l'aide ! On m’agresse ! Ces deux types ont tentés de me violer en pleine rue ! »

Indifférente, Autumn essaya d'esquiver la querelle en contournant et rasant l'autre côté de la rue. Malheureusement pour elle, quelqu'un lui attrapa le bras, l'attirant de l'autre côté. Une femme, visiblement très énervée, qui s'empressa de lui donner un discours ennuyant, qu'Autumn n'écouta pas. Une histoire de viol et de deux hommes, apparemment. Elle haussa un sourcil, tourna son visage vers le vide – là où étaient les hommes si elle se fiait à la dame, ses deux yeux de verre perdus dans les abysses du néant.
Puis avec un soupir non dissimulé, elle se débarrassa de l'étreinte de la nuisance, la poussant vers les hommes dans le procédé. Elle plia son index, cala son mégot entre lui et son pouce puis finalement le lança vers ce qu'elle espérait être la femme, en un geste dédaigneux. Finalement, elle épousseta sa jupe blanche et sa manche de sa main qui tenait la rapière. Elle balaya alors des yeux la scène, malgré le fait qu'il ne sévissait là que l'obscurité la plus totale. Comme il semblait que le silence devenait gênant et ayant été amené visiblement pour prendre un parti, elle se décida à prendre la parole.

« Un viol ? Je vois. »

Ses lèvres se retroussèrent légèrement, en un demi-rictus sans joie. Pas très développé, certes, mais elle ne souhaitait pas se mêler de ces affaires, encore moins apporter son soutien à une inconnue. Elle voulait s'en aller maintenant mais la femme reprenait de plus belle en un flot de paroles affreusement criard. Elle parlait avec tant de véhémence qu'elle pouvait presque imaginer ses grands gestes indignés. Elle se demandait comment elle était, était-elle comme elle l'imaginait ? Vulgaire et laide, un visage virant au rouge cramoisi avec la colère et des yeux ronds qui lançaient des étincelles peut-être. Au mieux, elle pouvait l'empaler sur sa rapière. Et si l'idée l'effleura pendant quelques secondes, elle ne bougea pas. Événement intéressant ou pas, cela restait quand même le seul de ce début de soirée pour l'instant. La femme s'adressa à elle une fois de plus mais Autumn haussa simplement les épaules.
Cette femme, ou bien les hommes. Les humains, quelles hideuses créatures.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairytaildimension.forumactif.com/t185-autumn-fiche-magique-x-termine

avatar
Mage de Silver Scythe / Admin


× Date d'inscription : 19/10/2016
× Sexe : Masculin
× Messages : 59
× Âge du Perso : 24
× Réputation : 10
× Rang du Perso : B
× Puissance Magique : 1340
× Magie(s) : Crash
× Jewels : 211571
Mage de Silver Scythe / Admin

MessageSujet: Re: Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn   Sam 10 Déc - 22:08


 
 
 

« La violence prétend être la solution d'un problème. C'est elle qui est un problème. » - Frédéric de Dean.
Les traits du mage de Silver Scythe se tendaient progressivement, alors que son interlocuteur s'exprimait enfin, avec la décadence et l'indolence qui le caractérisait. " Elle se foutrait pas de ma gueule par hasard ? " était sans doute ce que son visage aux traits féroces et cicatrisés transmettait, propageant le fond de sa pensée comme une onde sonore tout autour de lui. Ses iris fauves et furibond s'écarquillaient progressivement, avec la colère sans borne dans laquelle puisait et s'abreuvait son âme souillée par la malveillance humaine. Déjà, son poing se contractait, contenant ce dernier, dans ce qui lui servait de poche.

Putain pourquoi faillait-il toujours s’attirer des ennuis quand on avait besoin de s’éclipser sans faire de zèle ? Dieu seul le savait. Pourtant à ce moment précis de l’histoire Dean aussi aurait aimé posséder la science infuse. Ou peut-être même de la colle… Car si vous autres lecteurs n’étiez pas au courant, cet abruti de gnome, bien qu’un peu éméché venait vraisemblablement de que briser un vase. Mais pas n’importe lequel — c’était un vase bing. Vous savez ce genre de vase que conserve précieusement les collectionneurs au fin fond de leur musée à l’écart des regards et autres intempéries…

ㅡ Marek « Je suis vraiment désolé mademoiselle ! Je suis un peu maladroit ! » S’écria le jeune homme alors qu'il ramassait tant bien que mal les petits bouts de vase qui s'était brisé en heurtant le sol. J'espère qu'il n'avait pas de valeur.. après tout il avait l'air bien moche. »

ㅡ Dean « Bah bravo rajoutes-en le gnome… Comme si t’en avais pas déjà assez fais »

Comme vous pouviez l’imaginer, cette dernière n’apprécia mais pas du tout la remarque du mini mage.

ㅡ Femme Hystèrique « Bien moche ? Mais sombre con ! C'est un vase bing de l'époque ! Ça vaut au moins 94.000.000 de Jewels ! J'espère que t'as ça sur toi.. sinon j'appelle la police ! »

▲▼▲


Le premier réflexe de Dean fut de scruter la jeune femme, qui se figeait sur place, paralysé par la même terreur sublimée que les raclures du bar d'un peu plus tôt. Pour vrai, il y avait cette même lueur qui virevoltait dans son regard ; cette pointe d'ambre qui revenait, s'intensifiait de jour en jour. Plus ce dernier songeait à son passé, plus la bête s'éveillait. Et plus la bête s'éveillait, plus Dean pensait à son passé. Il fallait le reconnaitre… Le regard de notre ami était des plus explicites, tellement que… Cloué sur place, les instincts de survie de la jeune femme se firent plus forts, et Dean sut les comprendre lui, contrairement à son camarade.

ㅡ Marek « Ouais, c'est ça, tu peux raconter tes salades à qui tu veux, même quinze jewels je ne te les donne pas pour cette merde ! Si tu t'es faite avoir, c'est pas ma faute ! »

ㅡ Femme Hystèrique « A l'aide ! On m’agresse ! Ces deux types ont tentés de me violer en pleine rue !

« Assez joué… » s’exclama Dean ; la tête baissée, surplomber d’une aura rougeoyante. Si jusqu’à lors Dean s’était retenu, il n’y avait désormais plus rien qui aurait pu sauver cette jeune bourge : Elle s’apprêtait à passer un sale quart d’heure. Un sentiment bizarre, des plus inexplicables. Une colère sans limite et une rage a coupé le souffle. A cet instant précis, c'était comme si l'air tout autour d'eux se mettait à vibrer, comme éprit d'une terreur incontrôlable. Accompagnant les frissons spinaux qui se répandaient le long des échines, vulgaire traduction de l'épouvante primale qui emplissait leurs poumons, c'était sans pareil. Il inspirait une terreur animale, un effroi sublimé ; une pression incommensurable, se dégageant de la simple présence de l'entité qu’était en réalité Dean Vanetti.

Si celle-ci avait osé péter plus haut que son cul il y a de cela quelques secondes, toute cette once de frivolité s’était littéralement éclipsée par l'imminente menace naturelle qui alarmait les instincts de survie. Et pour cause, cette angoisse s'imprimant lentement dans la psyché des témoins. Oui, il allait les tuer. Tous les tuer. Au moindre faux pas, il les tuerait tous. Sans exception.

Ses veines s'embrasèrent. Son être tout entier s'ancra dans ses instincts primitifs. Sa prestance gonfla, lugubre augure de carnage. Son désir de destruction, son appétit pour la violence, ne fit que croître, lui nouant les entrailles. Sa rage viscérale paralysa sa langue, alors que son être tout entier semblait se rétracter. Ses muscles s'enchâssaient les uns dans les autres, formant une mécanique parfaite et absurde. Ses iris devinrent acérées. Sur son front jaillissaient les vaisseaux sanguins. L'apogée de sa colère. Dean était hors de lui. Cette femme, il allait lui arracher la moindre once d'humanité. La déposséder de son existence morbide. La réduire à néant avec une telle ferveur qu'un orchestre ne suffirait jamais pour jouer la composition qu'il s'apprêtait à jouer. Nul ne pourrait jamais interpréter l'hymne au carnage dont la première note fut jouée sur l'instant. L'ode d'une hécatombe.

Battement de coeur.
Où était-elle passé cette pute déjà ? « Ah… Elle s’était donc enfuit laissant son sac » soupira Dean, analysant la situation.

Il les percevait. Les battements incessants de son coeur. Cette cacophonie insupportable qui le faisait sortir de ses gonds. Qui faisait ressurgir son nihilisme oblitérateur, source de son incroyable force qui défiait toute logique, un héraut du carnage qui, lorsqu'enfin on relâchait son emprise dessus, enrageait presque instantanément, se transformant en incendie affamé. Dean avait beau être plongé dans une spirale d’attitude cool et reposé la majeure partie du temps, en cet instant, il était pratiquement réveillé. Ses instincts meurtriers formaient comme un manteau d'ombre tout autour de lui, tant ses noires intentions devenaient perceptibles. L'hostilité qui l'habitait avait de quoi faire flancher tous ceux qui croisaient son regard fantôme, caché derrière l’éminente chevelure du jeune mage.

Un amalgame de cruauté bestiale dont la présence se faisait pesante, suffocante. Dean était ainsi, exhalant de cette suprématie asphyxiante à laquelle nul ne semblait pouvoir se soustraire, formidable machine de destruction dont le noir désir d'annihilation n'avait pas de borne, comme une soif de meurtre qui ne cessait de croître à chaque instant, la funeste lueur régnant en maître dans son regard fielleux et glacial traduisant l'inaudible frayeur teintée de folie qui l'animait. Sans doute avait-il peur de briser ses jouets trop rapidement. De désarticuler ces pantins de chair en s'amusant de façon trop décadente et chaotique avec eux. Un fantastique et colérique bambin dont la réalité n'était qu'un dégradé de gris, et de noir. Un univers terne et vide, où seul le rouge du sang versé subsistait. Un dévorant besoin d'assouvir ses fantasmes guerriers, véritable virtuose dont le pinceau lui-même était la Mort, traçant des lignes brûlantes sur une toile qui frémissait de terreur à chaque instant.

Relevant la tête, Dean apposa un regard inquisiteur, froid et agacé sur la jeune femme qui venait de leur tomber dessus. Ce qui était étrange, c'est que son visage lui disait quelque chose, mais dans le moment il n'arrivait pas à se rappeler où précisément, dans quel contexte et pourquoi. Elle lui évoquait vaguement quelqu'un, mais qui ? Tout à coup, bien incapable de dire à qui cette jeune femme ressemblait et ni même qui elle était ㅡ L’assassin de silver scythe s’exclama, transperçant le vide glacial du silence.

Ta voix brise le silence.
ㅡ « Hey toi le poteau qu'est-ce que t'as à nous fixer ? » dit-il, agressant cette pauvre nouvelle venue.


L'alcool venait de faire son effet vous pensez ?



1207 mots | //
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Mage de Guilty Steel


× Date d'inscription : 02/11/2016
× Age : 19
× Sexe : Masculin
× Messages : 38
× Âge du Perso : 24 ans
× Réputation : 5
× Rang du Perso : C
× Puissance Magique : 1140
× Magie(s) : Memory Make
× Jewels : 72763
Mage de Guilty Steel

MessageSujet: Re: Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn   Dim 11 Déc - 13:13

Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries - Maître Ping Pong
Dean - Autumn
☼ Nan, j'avoue qu'il abuse un peu.

Cette peste, elle avait vraiment osé ! Mêler d'autre gens à cette dispute c'était lâche ! Surtout qu'en plus, dans cette histoire, la victime c'était Marek ! Accusé à tort de viol et en plus en présence d'une inconnue.. sa réputation allait prendre un coup.. déjà qu'elle était proche de l’inexistence, se faire connaître comme étant un agresseur c'était pas le bon plan de carrière à suivre. Mais devait-il réellement s'en soucier ? S'il connaissait réellement la provenance de Bean, il serait scotché sur place, anéanti, à deux doigts de la crise cardiaque car pour le coup, cotoyer un assassin c'était pire qu'un viol au yeux de Guilty Steel.

Donc, cette bécasse avait ajouté une personne pas réellement désirée a cette conversation.. puis d'ailleurs c'était quoi son problème a celle-la ? Elle regardait le vide comme s'il se passait réellement quelque chose a cet endroit.. Marek ne put s'empêcher de faire l'intéressant en agitant ses mains comme pour rediriger le sens de la conversation vers lui.. Puis, il se rappela d'une chose, il connaissait lui aussi un genre de type dans la même situation, sauf que lui.. il était aveugle.. était-ce son cas également ?

Pour le moment, le gnome ne cherchait pas a tirer de conclusions hâtives, après tout elle avait réussi a balancer cette greluche par ici d'un coup de pied avant de lui tirer un bullseye digne d'une partie de fléchettes entre les deux yeux.. ouais, elle devait sûrement voir quelque chose, aucune raison de s'inquiéter la dessus.. après tout, elle avait dit qu'elle voyait ! Autrement elle n'aurait jamais balancé un « je vois » aussi sec alors qu'on l'invitait expressément à prendre parti au débat inutile de cette emmerde.

▬ Vous voyez, votre histoire tient pas debout ! Même cette fille n'y croit pas une seconde.. j'veux dire, regardez là ! Ça se voit qu'elle s'en fout ! Bon.. maintenant, c'est à mon tour de faire des revendications ! Vous voyez, ce type derrière moi il est super pas commode et si j'obtiens pas réparation pour le dérangement causé j'risque de le laisser faire ce qu'il veut de vous et ça, c'est pas une bonne idée ! Disait le gnome en prenant un air hautain tout en pointant du doigt Bean, qui commençait à avoir une attitude plus que cheloue.

Un bégaiement, c'est tout ce que cette femme lui rendit en guise de réponse.. ou était passé son agressivité d'auparavant.. après tout le nain s'était excusé, il n'y avait rien d'autre à faire que de quitter les lieux, au pire des cas, Marek l'aurait invité au restaurant... à contrecœur certes, mais pour s'excuser c'est la moindre des choses.. bon, faut avouer qu'elle était bien moche et qu'elle aurait pu être sa mère, mais dans tout les cas elle n'avait pas à réagir de la sorte.

Du haut de sa petite taille, il se plaçait devant cette connasse qui n'avait rien fait d'autre que de faire perdre leur temps à ce groupe de gens pour commencer à pratiquer tout un tas de gestes, tout droits copiés sur Ping Pong, le maître des arts martiaux de sa guilde et en effet, il se sentait puissant, il cherchait bel et bien à effrayer cette dame pour qu'elle s'en aille le plus vite possible, cette aura écarlate qui se profilait derrière lui, lui laissait croire qu'il maîtrisais un tout autre style de combat, qu'il était puissant.. bon, il n'avait pas remarqué que toutes ces pulsions meurtrières ne se dégageaient pas de lui, mais de Dean, qui était visiblement en train de péter un câble derrière lui.

La femme, alertée par ce genre de mouvements trop techniques pour elle, prit ses jambes à son cou et se carapata aussi vite qu'un crabe au soleil laissant derrière elle ses affaires et une chaussure.. ▬ Ouah.. s'écria Marek J'ai vraiment du la faire flipper ! Hey Bean t'as vu ça ? Depuis qu'on traîne ensemble j'suis devenu sacrément balèze !

☼ Arrogance.

Le nain sautillait sur place, oubliant qu'il venait sûrement de commettre une infraction, chose pas digne d'un pseudo-policier mais il n'en avait cure, pour le coup il était juste en transe se disant qu'il était bien plus imposant qu'il ne le pensait, pour preuve il venait de faire fuir une femme qui auparavant l'aurait sûrement renvoyé d’où il venait d'un revers de nadal humiliant sur la joue, mais là ! C'était lui qui dominait la situation !

Bon il s'était stoppé rapidement, la joie c'était à petite dose autrement, il se disait qu'il allait sûrement continuer de s'afficher bêtement après tout, il étaient au beau milieu de la rue. Son instinct primitif venait de s'actionner, vu que jusqu'à maintenant il n'avait pas réellement calculé cette demoiselle, il se devait de faire son inspection propice.

Gigotant de droite à gauche autour de celle-ci, analysant le moindres des détails de sa fine silhouette. ▬ Meh.. dommage. Se disait le nain, remarquant le flagrant manque de seins de celle-ci. Eh ! Mais t'as une épée ! C'est trop cool, tu dois sûrement être une fille balèze ! Eh.. je suis là ! Visiblement elle souffrait du même handicap que Jack, ouais.. la cecité à croire que ce monde était rempli d'handicapé !

Il retournait vers Dean a la vitesse d'une balle ▬ J'crois qu'elle aussi c'est une bigleuse, mais lui dit rien ça risque de la vexer.. j'connais un bigleux aussi dans ma guilde mais elle semble bien moins bizarre que lui ! Lui avait-il dit à voix basse tout en gardant la demoiselle du coin de l’œil.

Marek, peut importe les agissements de son compère lui parlait comme s'il était calme en toute situation.. Enfin, si l'un deux était excité, l'autre quand à lui laissait une sacré impression de mec énervé.

☼ AND THEN.. yea, got it, u're gettin' tired of this shiet.





Dernière édition par Marek Nemir le Dim 11 Déc - 19:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairytaildimension.forumactif.com/t135-marek-nemir-fiche-de-mage#842

avatar
Mage de Cyclops Eye


× Date d'inscription : 05/12/2016
× Messages : 18
× Âge du Perso : 25
× Rang du Perso : A
× Puissance Magique : 1400
× Magie(s) : Vent Divin
× Jewels : 28325
Mage de Cyclops Eye

MessageSujet: Re: Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn   Dim 11 Déc - 16:27



Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries ▬ DEAN.MAREK.


Lubies. Caprices. Nous sommes en proie à la somptueuse prétention d'exister sans être influencé par qui ou quoique ce soit. Dans ce vaste monde et ses nombreuses réalités alternatives, la réalité annihilait les élégantes dorures et parures dans lequel le bonheur sévissait. La joie fugace était arrachée tandis que les idéaux ombrageux étaient balayés. Le monde était assassin, fabriqué de chimère illusoires et promesses de délivrance non tenues. Tant d'horreurs impossible à anesthésier dans la pestilence souveraine.
Affable simulacre, rien ne pouvait rompre les maux, fabrications des hommes qui entachaient la beauté pourtant présente en cet univers. Noyée, assaillie par l'inéluctable, la somptuosité n'était qu'une création imprudente dissimulé sous le fléau âcre de la vie. Ses interlocuteurs étaient le fruit de l'humanité, êtres malléables. L'un semblait être souffle d'insouciance, possédant davantage d'espoir en lui que l'autre, fragile aux supplices pénétrant son âme, étourdi par la terreur assoupie au fond de son être. Sujet au tourment, humain tout simplement, il avait revêtu l'habit de l'aura sombre et menaçante qui exultait le désir de violence devenu palpable. Elle sentait cette présence hostile sur son épiderme froid, elle assenait son propre masque bâti avec son indifférence. Il offrait l'ampleur de sa rancœur terrée, dans un halo sanglant doucereux, effroyable.

Bête sauvage assoiffée de sang, créature de haine de haine et d'animosité, elle avait cet éclat rougeoyant meurtrier. Il était ce à quoi elle n'avait pu succomber, cette rage aveugle indicible, cette colère incontrôlable qui menaçait d'éclater. C'était la douce mélodie qui résonnait avant le carnage ; c'était l'appel de la chair silencieux avant le tumulte sanguinaire ; c'était de l'émotion à l'état pur. C'était brillant, douloureux et Autumn sentit le vide en son sein s’agrandir. La jeune femme ne pouvait qu'embrasser cette haine une courte durée avant de s'en défaire. Sous-jacente, demeurant à côté de son profond dégoût, tous se faisaient avaler par le trou béant tissé dans les abysses ternes et inertes qui constituaient son âme.
Telle une détonation en suspens, la violence se propageait, telle une douce contagion. Étreinte meurtrie, elle pouvait ressentir le corps comprimé par la colère dévastatrice enfermée.  La menace purulente s'élevait, désarçonnant la femme auparavant possédée par l’orgueil. Ensevelie par le poids de cette haine glaciale, le corps se ploie face à l'adversité. Réduite à ses plus bas instincts, sa sûreté s'effrita pour se briser, il n'y avait plus qu'à fuir cette monstruosité. Douce affliction, telles des serres l'homme resserrait l'étau glacé sur sa proie, avant que ne résonne le glas annonçant la chasse. Autumn avait sa pensée assujettie de sa fascination pour ce feu brûlant dévorant l'atmosphère, porteur de la fureur d'un homme. La haine logée dans l'enveloppe de cet homme, couverte de mauvaise intention hurlait, scandaleuse, suivant l'acheminement infernal d'un parasite impossible à appréhender. Elle observa, silencieuse. Ces yeux vides ne distinguaient ni l'ombre sourde tapie dans les prunelles de ce meurtrier, ni l'éclat rageur qui rampait sur les traits de cet homme.

La femme s'échappa à toute vitesse, en un bruit de pas saccadé, exhalant de tout son être fébrile. Chez Autumn, les émotions manquaient à l'appel. Elle n'avait nullement ressenti la même terreur, ni cette envie repoussante de fuir. Juste un intérêt malsain, au mieux. Le monde, l'environnement, tout lui semblait hors d'atteinte. Parfois elle paraissait juste imperméable à ce qui l'entourait. Le vide accompagnait chacun de ses pas. Seul le toucher du sol en dessous de ces pieds demeuraient un point d'ancrage en ce monde. L'obscurité était sa seule amie, impétueuse et impitoyable. Elle n'avait pu qu'effleurer la souffrance peinte dans cette animosité déployée en une pétrifiante et odieuse aura meurtrière. Elle esquissa l'ombre d'un sourire, tandis que le tumulte s'écrasait, se délitant en silence, vacillant dans une chute qui s'opère après l'apogée. Il ne restait plus que l'ombre décevante d'une contrariété sanguine écumante, écroulée dans l'atmosphère, diminuée en un fantôme qui bientôt s’effacerait.

» Hey toi le poteau qu'est-ce que t'as à nous fixer ?

Ses lèvres retroussées se fendirent davantage, en une expression affable. Elle s'apprêtait à rétorquer, lui offrir une réplique cinglante mais seul un profond soupir s'échappa de sa bouche. Qu'avait-il cet étranger, respirant l'agressivité même après la douce folie passagère. L'indifférence se relogea dans ses yeux vides opaques, tandis que les fausses merveilles olfactives l'atteignirent. Elle reconnut l'odeur imbibée d'alcool, saveur trouble et légère, soulignant la déraison, expliquant le spectacle offert, avec perfidie et candeur. Avec sa placidité olympienne, elle attrapa une énième cigarette, extension de son impureté suffocante. La flamme s'embrasa, tandis qu'elle s'abandonnait à ce vulgaire vice humain. Elle entendait la voix de cet homme, à une hauteur plus bas que son visage et elle releva avec une certaine surprise la taille de ce dernier. Une épée, soit. Elle resserra sa prise sur la poignée de sa rapière, par automatisme. Sa dernière phrase, entonnée pour percer à jour sa cécité, la laissa de marbre, son esprit non englouti par la réplique insolente.

Un murmure, presque inaudible, sortit des commissures des lèvres de l'apparent fautif de cette rencontre fortuite. Elle déchiffra le dialogue, les sons et devina les mots. Une personne décontractée, sans doute avec des gestes candides, quelqu'un qui agissait sans contrainte en toute impunité. Sans le sens de la vue, privée des images, son ouïe était plus développée. A ses dépends, elle entendait plus distinctement les bruits, désormais familiarisée à ses perceptions infimes. Le silence était synonyme d'agonie, là où il n'y avait que les ténèbres, le bruit de l'environnement était une mélodie assourdissante.

» Je t'entends, lâcha t-elle finalement.

Sa voix claire s'éleva, froide et tranchante. Les mots s'échappèrent, la fumée opaque s'extirpant de ses lèvres roses, tandis qu'elle portait délicatement le poison au bord de sa bouche. Ce contact, simple et mécanique, réduit en une habitude réconfortante était une maigre consolation à son mal qui la ternissait parfois. Sa sérénité s'éparpillait, ne laissant qu'un vide sulfureux, imperturbable. Elle leva sa main, s'approchant, pour n'attraper que du vide qui s'échappait entre ses longs doigts fins. Descendant doucement, elle finit par palper la tête de son interlocuteur et atteindre ses cheveux avec son toucher froid et léger. Presque amusée, son expression impénétrable laissa une feinte dans son armure, tandis qu'elle retira sa main rapidement, esquivant le contact chaud d'un autre être humain. Elle laissa échapper sa remarque à voix haute, de sa voix neutre sans émotions.

» Tu es plus petit que je pensais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairytaildimension.forumactif.com/t185-autumn-fiche-magique-x-termine

avatar
Mage de Silver Scythe / Admin


× Date d'inscription : 19/10/2016
× Sexe : Masculin
× Messages : 59
× Âge du Perso : 24
× Réputation : 10
× Rang du Perso : B
× Puissance Magique : 1340
× Magie(s) : Crash
× Jewels : 211571
Mage de Silver Scythe / Admin

MessageSujet: Re: Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn   Dim 11 Déc - 21:40


 
 
 

« La violence prétend être la solution d'un problème. C'est elle qui est un problème. » - Frédéric de Dean.
ㅡ Marek « Ouah... » S’écria le petit bonhomme. J'ai vraiment du la
faire flipper ! Hey Bean t'as vu ça ? Depuis qu'on traîne ensemble
j'suis devenu sacrément balèze !
»
Une courte pause vint se saisir du gnome à la chevelure azuré, qui l’espace d’un instant se mit à gigoter comme à sa fâcheuse habitude. Qui plus est, il se trémoussait autour d’une inconnue ; une inconnue dont personne ne connaissait l’identité ni même les intentions.

ㅡ Marek « J'crois qu'elle aussi c'est une bigleuse, mais lui dit rien ça risque de la vexer.. j'connais un bigleux aussi dans ma guilde mais elle semble bien moins bizarre que lui » Lui avait-il dit à voix basse tout en gardant la demoiselle du coin de l’œil.

Amusant ce Marek. Ces derniers temps c’était vraiment devenu comme une sorte de catalyseur pour notre jeune ami. Une innocence à toute épreuve, capable de braver même les plus innommables dangers afin de faire ce qui lui semblait juste.

Dean observait les nuages qui berçaient de plus en plus avidement le ciel, au-dessus de lui. Comme ils lui ressemblaient, au fond. Affamées de liberté, quitte à ronger la terre qui les repoussaient non sans s'affaiblir, s'éroder. Chaque jour, leur progression inexorable mêlée à leur volonté de fer inflexible se traduisait par un échec absolu et déprimant, puisqu'ils se retiraient sans demander leurs restes pour recommencer le même effort le lendemain.

Presque mécaniquement, ses genoux se fléchissaient là où il se trouvait, s'accroupissant, se reposant uniquement sur la pointe de ses pieds, fessier appuyé sur les talons, allongeant ses coudes contre ses genoux, scrutant l'horizon ou plutôt cette rencontre fortuite avec la même curiosité enfantine qu'un enfant déficient mentalement, si ce n'était ce regard à la fois vide et inquiétant qui démentait l'hypothèse d'une hostilité prononcé, invisible, fantôme, derrière la chevelure blafarde de la jeune femme.

Elle aussi, elle était fissurée. De l'intérieur.  A cet instant même, Dean avait pris conscience de leur situation. Il ne savait comment l’expliquer mais le regard vide de cette dernière le troublait. Ce dernier n'arrivait même plus à éprouver cette colère viscérale à l'égard de sa nouvelle interlocutrice. Peut-être était-ce dû à Marek… Pourtant, Dieu seul savait à point sa rage avait la faculté de torturé son esprit ; comment elle seule pouvait déchiqueter son corps pendant des jours et des jours durant, afin de le libérer de cet enfer que lui était la vie. Dans le regard de cette femme, Dean se retrouvait — Suspendu à ce plafond, disséqué, étripé, balafré. Évoquer ces souvenirs n'eut pour effet que d'attiser le sourire amer, acide, du jeune assassin, toujours muet, le regard voilé par la fainéantise.

On y peut rien, de toute façon.
On n'a aucun pouvoir sur eux.
On n'est jamais que les victimes, dans ces histoires.


ㅡ Femme Inconnue: « Je t'entends » lâcha t-elle marquant une petite pause. « Tu es plus petit que ce je pensais. »

Elle entendait c’était déjà ça de gagner pensa Dean. Ils partageaient la caractéristique d'être acerbe, à ceci près que Dean conservait ce genre de remarque pour lui, préférant de loin intérioriser, puisqu'exprimer ses ressentis reviendraient à ouvrir grande ouverte la porte de l’amitié et autre relation du type. Irradiant de mépris, de condescendance, il ne parvenait malgré tout pas à exploiter la rage sanguinaire qui l'animait usuellement. Était-ce là aussi un sentiment préfabriqué, résultat de son enfance malheureuse ? Une émotion factice pour justifier ses élans nihilistes et annihilateur ? Possible.

Il ne savait même pas qui il était, au final.
Il ne savait même pas ce qu'il était supposé ressentir.

Les répliques venimeuses et cinglantes de son interlocutrice auraient dû le pousser à sourire, du moins le forcer à réagir. Mais n'était-il pas trop distant pour ça ? Habitué à se laisser porter par le destin, agissant en spectateur complet de sa propre existence ? Une faiblesse interne qu'il ne parvenait pas à faire se résorber, se contentant de coexister avec. Le parasite, c'était bien lui, au final, dans cette histoire. Accentuation de son rictus dégoûté.

ㅡ Dean : « Tes jeux de mots sont vraiment à chier, j'espère que tu vois ce que je veux dire. Enfin je présume que non, puisque tu vois rien. »

▲▼▲


Ricanement déprimé. Il n'avait pas la force de jouer un rôle avec la même ferveur qu’il le faisait avec Marek, malgré son manque de profondeur. Leurs iris s'entrechoquaient comme deux lames souillées par du sang séché, par les larmes durcies par nécessité, par la rancœur solidifiée, par le constat de leur insignifiance.

Progressivement, l'adrénaline quittait ses veines. Évacuée. Et avec elle s'estompait son sentiment d'existence, son visage s'éteignant avec une lenteur mortuaire, cérémonielle, semblable aux braises mourantes au milieu des cendres. Le carnage était terminé, et cela trop de trop de zèle pour une fois. Avec son retour à la réalité disparaissait son excitation, ses remarques, ses pensées, ses envies. Toute chose s'évaporait pour reprendre un air morose. Morne. Vide. Un univers gris. Un néant croissant qui remplaçait la fureur vindicative animant le super-assassin comme un pantin de viande qu'un maestro manipulait dissimuler dans l'ombre. "Dean" n'était déjà plus, malgré sa stature puissante, impressionnant. Il n'était plus rien. D'une bête féroce indomptable capable d'anéantir ses opposants en rugissant, le poil brillant, le torse gonflé, la crinière épaisse, brave, vaillante, ne restait qu'un grand gaillard plutôt cool quand il voulait. La tristesse dans ses immenses iris ambrées. La solitude. L'exil. Le souvenir des immenses étendues sauvages sur lesquelles il régnait agissant comme un écho voilé, au fond de ses yeux luisants.

On refermait la porte de sa geôle, une fois le spectacle terminé. On le plongeait dans la monotonie, sans même lui adresser la moindre attention. Même les enfants venus observer la scène l'avaient oublié l'instant suivant, leurs petits minois imprégnés d'étoile. Le son de la clameur, les hurlements de frayeur mêlés d'admiration, s'éloignaient. Quoique… Il se rapprochait ?  

A ce moment précis, qu'il entendit des bruits de pas les approcher. Très rapidement, il remarqua ces Chevaliers de Runes, qui semblaient aussi pressé que lui… Et cette femme de tout a l’heure ?! Il aurait du la tuer quand il en avait l’occasion pensa alors Dean.

Ils se regroupèrent tous autour de notre groupe, formant un périmètre au loin, empêchant toute tentative de fuites. Pourtant, au jour d’aujourd’hui vous comme moi ne comprenons, la raison de cet acte désespéré. Et oui des problèmes… Toujours des problèmes. Tel était la vie d’un mage. Cela ne faisait à peine que quelques minutes qu’ils avaient rejoints les rues, que déjà les ennuis commençaient. « Hmm... » soupira Dean. Pourtant a peine se calmait-il que les ennuis recommencèrent... Des gardes, si je puis dire une armée de garde là tout juste derrière lui. Il fallait dire qu'il n'en croyait pas ses mirettes, jamais il n'avait vu autant de gars. Bah quoi ? C'est vrai quoi, c'était pas un patrouille de chevaliers auquel ils devaient faire face là mais plus une légion. Et puis il n’avait pas vraiment envie de s'attirer les foudres du gouvernement pour le moment mais comble il en avait déjà trop fait. « J'en ai vraiment marre putain » pensa t-il.

ㅡ Femme Hystèrique « Messieurs les agents, c’est eux qui ont essayé de me violer ! Regardez d’ailleurs ce qu’il m’ont fait » affichant un hématome sur sa jambe, tout droit sorti de nulle part.

ㅡ Chevalier n°1 « Les voilà ! Vous trois halte-là, vous êtes en état d'arrestation ! Voici les chefs d'accusation : dégradation publique, possession d'armes, larcin et tentative de viol. » Les pointant de sa lance


Ta voix brise le silence.
En état d'arrestation pour dégradation publique, possession d'arme larcin et tentative de viol vous avez dit ? Hein 3 ?! Mais c'est pas ma pote elle, je l’a connais pas moi ! dit-il, agressant cette pauvre nouvelle venue.

ㅡ Chevalier n°2 « N’en laissez aucun s’échapper ! »

« Putain ! » Connerie numéro une. Jamais rester au même endroit plus d'une heure quand on est fugitif. Ni une ni deux Dean concentra davantage d'énergie au creux de sa main avant de déverser celle-ci avec assez de force provoquant une puissante bourrasque de vent droit devant lui ! Si ils souhaitaient se frayer un chemin, c'était l'occasion rêvée ! Bah ouais quitte à être accusés de ces délits, autant les avoir commis non ?

ㅡ Dean : « Marek porte là ! » s’exclama Dean. Quoique… La situation fut plus que confuse et gênante, lorsque le mage de silver scythe s’imagina le jeune Marek, quoi qu’un tantinet chétif pour un homme de son âge porter la jeune femme. « Euh ouais non rien.   » finit-il, se saisissant de la donzelle au passage

Une situation des enviables quoi...



1338 mots | //
 


Techniques utilisées:
 


Dernière édition par Dean Vanetti le Lun 12 Déc - 1:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Mage de Guilty Steel


× Date d'inscription : 02/11/2016
× Age : 19
× Sexe : Masculin
× Messages : 38
× Âge du Perso : 24 ans
× Réputation : 5
× Rang du Perso : C
× Puissance Magique : 1140
× Magie(s) : Memory Make
× Jewels : 72763
Mage de Guilty Steel

MessageSujet: Re: Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn   Lun 12 Déc - 0:07

Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries - Délit de fuite.
Dean - Autumn
☼ Treated like a child.

Vous savez, avoir l'apparence d'un enfant de onze ans c'est pas facile à vivre tous les jours, les grandes personne vous envoie chercher des canettes comme si vous étiez leur petit frère, quand vous parlez sérieusement on vous trouve mignon et plutôt intelligent pour un gosse et quand vous menacez un type de lui casser sa gueule il finit par vous laisser tranquille car il pense que vous êtes un petit garçon bien courageux. Ouais,  c'était le quotidien du mini-mage. Ses vingt-quatre ans, il ne les faisait pas du tout et pourtant c'était pas faute d'avoir essayé de prévenir tout le monde autour de lui !
Pour cause, la bigleuse.. l'inconnue venait de lui tapoter la tête comme on le ferait à son fils lorsqu'il vous rapporte un dessin moche pour le réconforter.. au départ, le nain s'était mis dans la tête de lui faire regretter son geste ! On ne se moque pas d'un mage de Guilty Steel ! On ne se moque pas de Marek Nemir !

Enfin, c'est ce qu'il aurait aimé faire, mais au départ, lorsque sa main froide vint se poser sur sa tête, il était prêt a lui envoyer un coup de poing faiblard, car fallait pas abuser, le gnome n'était pas quelqu'un de très fort. Mais à la place, il se mit à légèrement ronronner comme un petit chaton apprivoisé.. jusqu'à ce que finalement tout ça cesse, elle avait bien vite enlevé sa main. Un réel contact féminin non forcé, il n'en avait pas eu depuis un moment et ça lui avait fait du bien.. il se sentait léger, prêt à faire une bonne action... pendant seulement deux seconde, puis le vrai lui reprit le dessus.

C'était d'un regard incompréhensif mêlé d'admiration qu'il regardait l'aveugle aux billes en guise d'yeux.. faut dire qu'elle était pas vraiment expressive a ce niveau là, au moins même si elle manquait de forme, le nain acquiesçait quand elle affirma qu'il paraissait plus petit qu'il n'en avait l'air, a ça, il rétorqua ▬ Ouais, ça leur fait toutes le même effet. Bon, là il venait de se perdre dans ses pensées, cette phrase pouvait remettre en doute sa capacité à les combler.. Il voulait rattraper le tir, mais a la place il se contentait de la regarder sans rien dire, comme attendant une quelconque réponse

Enfin, ça c'était avant que la fumée de la cigarette ne vienne lui chatouiller les narines.. ces enfoirés ! Il les détestait, déjà qu'il se tenait à l'écart de Dean quand il commençait à tirer sur ses bâtonnets de cancer, c'est donc de cinq ou six pas en arrière qu'il recula. ▬ Bah ça, déjà que tu vois que dalle fumer ça va pas arranger les choses ! Et puis, comment tu fais pour voir ce que t’achètes ?
C'était parti, Marek venait de rentrer dans sa phase ou il faisait table rase des événements, son tempérament bavard venait de prendre le dessus sur sa personne, le petit mage court sur pattes commençait à déblatérer tout un tas de paroles insensées, allant des paroles sages de Gandoulf LeBanc aux enseignements d'Airbus Boulondor, sans réellement s'arrêter, enclenchant son monologue signature.

Enfin, ce qui finit par l'arrêter, c'était la remarque de Dean quand au jeux de mots de la demoiselle.. erreur ! Il comptait bien laver cet affront, si quelqu'un devait faire des blagues, ça devait être lui et personne d'autre ! Il s'était donc  rapproché aussi vite qu'il s'était éloigné de la donzelle pour venir tirer légèrement sur sa manche afin de lui souffler deux trois mots. ▬ Hé ! Fais pas attention à ce qu'il raconte, c'est moi l’humoriste du groupe ! Avant d’enchaîner sur tout un tas de conneries pas réellement bonnes à savoir, sur le pourquoi du comment il faisait des blagues, comment les construire et tirer profit de la situation.. Et même parler de son irrésistible envie de manger des pastèques... qu'est-ce qu'il racontait ? Même le narrateur n'en avait aucune idée.

Enfin, en tout cas, le gnome était l'as des as quand il s'agissait de créer une bonne atmosphère, par-contre, les gens étaient les rois des rois pour les détruire.. cette saloperie de bonne femme ! Marek la voyait au loin accompagné d'une bande de gus armés jusqu'au dents... Quoi sérieusement ? Elle s'était tapé toute la ville ou quoi ?

☼ Crise cardiaque.

Cet emblème, ces armures.. il les connaissait plus que bien.. trop bien. Immédiatement, la situation passa du rire au larmes alors que le petit manqua de s'effondrer au sol conscient de l'erreur qu'il venait de faire en venant ici... C'en était fini, sa carrière de mage, sa liberté, ses rêves... Les jolies filles, tout était fini. L'emblème des chevaliers runiques, symbole d'une mise en cabane imminente !
Marek venait de commettre la plus grosse erreur de sa vie, pendant un temps il avait oublié que même en fin de mission, il représentait une guilde étroitement liée a cet ordre de chevalier, au conseil magique... ▬ Merde merde merde ! S'était écrié le mage miniature alors qu'il ébouriffait ses cheveux, afin qu'il ne soit pas vraiment reconnaissable, sa marque commençait à chauffer, non pas qu'elle chauffait vraiment, mais le stress provoqué par la situation lui donnait l'impression qu'elle le démangeait.

Heureusement, il était sûrement le seul qui avait perdu son sang froid ici. Dean, lui, avait pris les devants, balayant cette bande de naze d'un seul coup de poing dans l'air, les faisant voler comme des chips qui tombaient du paquet quand on l'éclatait. Il semblait être habitué a ce genre de situations, vu le temps de réaction du type alors que Marek lui, ne comprenait pas réellement ce qu'il se passait..
C'est alors qu'à ce moment là, Dean se saisit de la jeune fille la portant sur son dos comme un sac à patates tout en mettant la plus grande des pointes pour s'enfuir d'ici.. Marek, paralysé par la peur de voir sa vie s’effondrer mit un peu plus de temps qu'eux à suivre le mouvement, mais il parvint à les rattraper en peu de temps.

▬ Je suis vraiment vraiment désolé ! Lança Marek à l'intention du sac à patates, reprenant son souffle entre chaque bouts de phrases. J'ai toujours été malchanceux dans ma vie mais je pensais pas que j'allais mettre d'autres personnes dans la merde ! Aaaaaaaaah !

Complicité de kidnapping, refus d’obtempérer, délit de fuite.. si dans sa guilde ça venait à se savoir.. il était foutu !

☼ Prise d'otages.





Dernière édition par Marek Nemir le Mar 13 Déc - 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairytaildimension.forumactif.com/t135-marek-nemir-fiche-de-mage#842

avatar
Mage de Cyclops Eye


× Date d'inscription : 05/12/2016
× Messages : 18
× Âge du Perso : 25
× Rang du Perso : A
× Puissance Magique : 1400
× Magie(s) : Vent Divin
× Jewels : 28325
Mage de Cyclops Eye

MessageSujet: Re: Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn   Lun 12 Déc - 16:24



Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries ▬ DEAN.MAREK.


L'émanation lugubre s'était tue. Les entrelacs mystérieux de la haine s'étaient retirés, fiévreusement, tandis que demeurait ce cloître silencieux. Le silence avait repris ses droits, s'épaississant en une litanie laconique, équivoque. Autumn ne put malheureusement ni assimiler ce moment paisible, ni profiter de ce vide irrévérencieux pour en contempler les plaies béantes et incandescentes. Le comportement du petit homme résonnait comme une sentence, pareil aux supplices.
Comme s'il psalmodiait avec une ferveur dépravée, les mots ne cessaient de se suivre les uns les autres, en une douce mélopée candide, purulente. L'oscillation d'une âme en éclosion, s'élevant dans les airs avec une volupté chaleureuse qui se heurtait au froid de la perdition. L'ancienne bête enragée n'étaient plus que des morceaux émaciés en proie à la doucereuse pandémie qu'était la réalité. Chaleur désincarnée et vaporeuse, la jeune femme observait la corrosion qu'offrait la parole utilisée avec emphase, tandis qu'il éclipsait tout devant son éclat opalescent. L'animal n'était plus qu'une ombre funeste et bestiale, enclavée, abandonnée aux tourments redondants de la lasciveté meurtrière oubliée, perdue dans les fluctuations de l'existence et de son rôle désuet. Similaire à la cataplexie, elle pouvait ressentir cette douleur atrophiée : l’abîme vide redevenue souveraine.
C'était comme observer son propre reflet, la déchéance d'une âme, le froid placide faisant pâlir les songes et les émotions. Heurté à la réalité et ses douces louanges, la dureté amère de la vie revenait avec insolence. La substance se vidait de ce corps fissuré, et avec elle cette impression volatile d'être ou d'avoir été. Douce et tendre était l'animosité, ce flux ravageur qui rongeaient jusqu'aux enchevêtrements les plus profonds, habillant de sa superbe l'homme, lui offrant hardiesse et sensation. Elle s'était juste évaporée, éphémère et volatile.

Autumn se perdit dans le flot de propos insensés qui s'élevait toujours, encore, inlassablement, essayant de suivre le raisonnement disparate du jeune homme. Elle n'y vit ni raison ni calcul, c'était tout simplement une ouverture de son esprit, offert sans manigance, juste un charivari tapageur. Si l'un lui était similaire, l'autre lui était en tout point opposé. Elle hocha néanmoins la tête, et ce plusieurs fois, n'ayant pas l'envie de briser ce discours interminable, ni la moindre volonté de faire elle-même la conversation. Les secondes finirent en minutes, et le débit ne semblait jamais vouloir s'arrêter. Répondant à sa prière silencieuse, un silence interloqué déchira une phrase en deux. Des jurons suivirent, une panique perceptible dans l'intonation de sa voix...
Le pas rythmé en cadence, la foule à la fois enthousiaste et respectueuse. Voilà l'origine de cette inquiétude. Ses lèvres roses se fendirent en un petit rictus, à la fois grimace, à la fois amusé. Cette rencontre hasardeuse prenait des tournures incongrues, et si l'envie de rire la tenta, son masque d'impassibilité redevint parfaitement intact. Les chefs accusation semblaient l'inclure, cependant. Et avant même qu'elle puisse rétorquer ou battre un cil, elle fut attrapée, portée comme un vulgaire sac à patates. Son regard se dirigea vers les chevaliers, balayés un peu plus loin et de sa voix la plus stridente et paniquée possible, elle s'écria :

» A l'aiiiide ! Je me fais kidnapper ! Puis plus bas, une fois qu'ils furent plus loin, elle reprit sa voix froide et tranchante ; Il faut les semer.

Au moins s'ils se faisaient arrêter, peut-être avait-elle une chance de s'en sortir. Elle ne croyait pas à la chance cependant. Il n'y en aurait pas pour elle, si jamais l'emblème qui trônait sur son épaule venait à être vu, alors elle se laissa porter sans résistance. Sa peau froide se réchauffait à ce contact humain, dissonant. Elle masqua cependant son rejet de cette chaleur appartenant à un autre être vivant, conciliante. Elle poussa néanmoins un profond soupir tandis que le petit lui présentait des excuses. Elle décida de ne pas en rajouter, son visage étant trois fois plus blême que le sien, elle en était sûre.

» T'inquiète, lui assura t-elle avec un sourire fabriqué, vous vous appelez comment sinon ?

Douce mère de miséricorde. La fuite était tonitruante, les gens se poussaient à leur approche mais les chevaliers étaient repartis à leur poursuite depuis. Un éclat, puis enfin plusieurs, déchirèrent l'air en un bruit de friction sourde. Une pluie de flèches scindait l'espace entre les assaillants et eux. Autumn leva sa rapière, comme si elle tenait un parapluie, s'assurant que tous seraient protégés, elle invoqua la protection divine : Bouclier du Vent. Un éclat d'une blancheur pur brilla, un bouclier fait de ramures brillantes et lumineuses fit alors son apparition au bout de sa lame. Les flèches s'abattirent sur le bouclier, comme si des cailloux la frappaient et elle manqua de tomber in extremis. Derrière eux, les passants s'étaient écartés pour faire place à leurs poursuivants. Ils devaient changer de direction, tourner, ils étaient des cibles beaucoup trop faciles à atteindre. Bordel.
Foutues inepties, la fortune semblait se jouer d'eux et d'elle, Autumn qui pour une fois, sentait le dernier fragment de son âme doucement trembler, les événements apportant les réminiscences d'une époque révolue. Perfide destin. Souhaitais-tu, après tant d'années, rouvrir l'abcès, de nouveau briser les morceaux maladroitement réparés ? Insatiable, cruelle créature se déguisant d'une parure céleste, aussi immonde que la réalité.

Encore une fois, comme beaucoup d'autres avant et sûrement après, et certainement pas la seule fois d'aujourd'hui, Autumn avait envie de tous les massacrer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairytaildimension.forumactif.com/t185-autumn-fiche-magique-x-termine

avatar
Mage de Silver Scythe / Admin


× Date d'inscription : 19/10/2016
× Sexe : Masculin
× Messages : 59
× Âge du Perso : 24
× Réputation : 10
× Rang du Perso : B
× Puissance Magique : 1340
× Magie(s) : Crash
× Jewels : 211571
Mage de Silver Scythe / Admin

MessageSujet: Re: Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn   Mer 14 Déc - 0:28


 
 
 

« La violence prétend être la solution d'un problème. C'est elle qui est un problème. » - Frédéric de Dean.
God bring salvation Δ I bring REDEMPTION Nos trois compères, avaient finalement décidé à prendre la poudre d’escampette. La ville d’Oak Town ? Rien n’aurait pu annoncer qu’elle s’avérerait si risquée ; une course effrénée dans les ruelles sombres de la ville s’en suivit. Une respiration des plus saccadées pour une attaque déchaînée. Dean savait pertinemment ce qui allait se passer mais comme dit plutôt l’heure des regrets était passée depuis déjà bien trop de temps. Il courrait ainsi tout droit vers son objectif surveillant les deux autres avec lui, et il fallait dire qu’il ne lésinait pas sur les moyens, courant comme si sa propre vie en dépendait et peut-être était-ce véritablement le cas en fin de compte. Après tout, il s’était juré de vivre son aventure et vaincre Julius Kaizer pour son maitre quoiqu’il puisse advenir. Le centre-ville n’étant plus très loin désormais, son cœur s’accéléra brusquement. Ratant un battement, puis deux, puis trois alors que notre jeune mage se tenait là, dissimuler derrière une balustrade à l’abri des regards. Toujours tapis dans l’ombre, Dean apposa sereinement sa main sur sa poitrine, essayant tant bien que mal de se convaincre qu’il n’arriverait rien, qu’il arriverait à s’échapper comme d’habitude.

Sa survie, il n’y avait plus que ça de vrai.
C’était la première fois qu’il entreprenait une stratégie aussi périlleuse...
Le mage de Silver Scythe n’avait jamais ressenti cette exaltation auparavant.

« Prends garde à tes désirs » Ce vieil adage revint brusquement à l'esprit de Dean tandis que la douce voix de mère nature grimpait progressivement dans les aigus, soulevant avec facilité et quiétude grains de sable et roulottes de feuille. La ville semblait encore bruyante pour le moment, quoique vu l’heure cela était approprié. Enfin, c’est donc les yeux perdus dans le vague, c'est à cet instant que Dean se décide à sortir d'sa cachette ; il n'avait aucunement honte, juste que la visibilité et les lumières, pour un plan d’évasion, c'est déconseillé par tous les grands voleurs ; mais malgré ça, il n'arrivait pas à fermer sa gueule. Non pas que cela le faisait frétiller d's'foutre dans la merde pour n'importe quoi, mais il considérait qu'il n'avait aucunement de raisons de se dissimuler de quelqu'un. Il avait développé des compétences à toutes épreuves pour éviter une nouvelle fois de mordre la poussière. Et puis ces mecs-là, pas sûr qu’il puisse toucher nos amis. Mais Marek par contre, c’était une autre paire de manches. Une évidence quoique inquiétante qui lui faisait se poser des questions. Un soupir long et las alors qu'il déambule avec prudence dans les rues de la ville avec cette demoiselle sur le dos. Courir dans ses conditions, bordel ; il se sentait vieux à vingt-quatre balais, tristesse ? Possible.

Et puis cette faible poitrine qui cognait contre ses omoplates, on en parle ? C’était désagréable ㅡ une vraie poitrine de gosse je vous jure. Même Marek lui avait pas sauté dessus, c’était dire. Non mais Dean voulait bien jouer les mecs avenants mais de tout même, un petit bonus n’aurait pas été de refus. Enfin…  

Quand bien même il avait réussi à s’éloigner quelque peu des chevaliers, ce n’était pas assez pour oser se croire en sécurité, loin de là. Ces derniers leur collaient au fion, comme de la merde mal essuyée… (Pardon pour l’image mais j’avais pas mieux.) C’était d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle Dean avait insisté pour se fondre dans la foule ; jamais des chevaliers runiques n’attaqueraient dans un milieu aussi bondé de mondes. A l’inverse de Silver Scythe ou encore Guilty Steel.

ㅡ Chevalier n°1 « Identifiez-vous ! Bandes de lâches »

Bandes de lâches ? Au visage froid qu’arborait désormais Dean, il semblait évident que cette phrase l’avait offusqué, frappé dans son égo. Du moins cela allait sans dire que Marek lui l’avait remarqué. Calmement alors l’homme à la chevelure ébène fit descendre celle dont il s’était auparavant saisit avant de ne refermer sa main sur l'épaule de son camarade. C’était étrange car Dean ne s’était jamais vraiment inquiété du bien-être de quelqu’un d’autre que lui avant cette fois-ci. Et pourtant là il le faisait. L’avouerait-il ? Surement jamais, il était bien trop borné pour agir de la sorte.

 ㅡ Dean « Bon sang Marek… Fini les gamineries. Je n’aurais jamais imaginé de te dire ça mais tu es un homme, un vrai. Donc prouve à cette femme que t’en a dans le pantalon, que t’es un mage du continent d’Ishgar et aide là à se sauver d’ici. » Expliqua t-il à Marek.

Sans crier gare, il se rapprocha de la mage lui murmurant à l’oreille.

 ㅡ Dean « Entre nous, je sais pas qui t’es ni même ce que tu veux… Mais si jamais il arrive quoi que ce soit à ce gosse, j’ose espérer pour toi qu’il te soit arrivé la même chose » Susurra t-il à l'oreille de la douce mage.

Dans une gestuelle faible de la main, il leur faisait signe de s’enfuir.

ㅡ Chevalier « NE LES LAISSEZ PAS S’ECHAPPER !   »

« Ne te retourne pas Marek, fonce » ㅡ pensa Dean. Bien entouré, ce dernier jeta un coup d’oeil à la fourmilière qui venait de se refermer sur lui. Un silence pesant et oppressant vint alors se rependre en ces lieux. Et comme toujours, l’assassin de Silver Scythe, empli de charisme, ne put s’empêcher d’éclater en rires. C’était que ce genre de situations devenaient de plus en plus fréquentes, jamais personne n’avait eu les couilles de venir le défier en un contre un. Les chevaliers n’y faisant pas même exception.

Ainsi lorsque le coup de lance fila droit dans sa direction, depuis son angle mort, la main de Dean se referma sur le poignet de son agresseur, pivotant d'un quart de tour, l'immobilisant en raffermissant sa prise, semblable à un étau d'acier auquel il était impossible de se soustraire. La tête du mage tomba mollement de côté, semblable à un pantin de viande désarticulé qui chercherait à exprimer son incompréhension. *Crack*ㅡ Il venait de briser le bras de son assaillant.

Une entrée, fracassante, inspiratrice d'une viscérale terreur voilà ce qu’adorait Dean. Sa seule apparition se devait d’être poignante, happant, et avant qu'ils n'aient pu l'appréhender les chevaliers runiques commencèrent à trembler d’effroi, de frayeur. Et pour cause, une soudaine brise nocturne, s’égarait farouchement dans ses cheveux aux nuances anthracite, tandis que ses pas foulaient l’asphalte stérile ; que l'air tout entier autour d'eux se mit crépir, virevoltant au moindre de ces pas. Ce qui allait les accabler alors que grandissait le mystère accompagnant cette silhouette imposante. Cette inquiétude qui parcourait désormais leur rang était un incurable poison, celui d'une incontrôlable frayeur. Celle que nulle ne peut surmonter, glaçant le sang de la moindre de ces victimes. Et ce dans son intégralité. De leurs veines jusqu'à son ultime goutte, jusqu'au plus paresseux de ses courants. Cette terreur qui fait trembler le corps de frissons compulsifs et écrase la conscience, faisant de ceux qui en étaient les proies de vulgaires pantins révélant spontanément les fils dont allait se servir ce ténébreux marionnettiste venu les balayer de sa magnificence. La panique pesait, muant l'atmosphère en chape de plomb chauffée à blanc allant alourdir les épaules déjà lourdes de responsabilités de ceux venus poser le pied en ce qu'il avait transformé en son territoire. Ces visiteurs n'avaient d'autre choix que de ravaler l'impétueuse audace régissant leurs gestuelles belliqueuses, sans quoi le mince fil de leur existence n'aurait guère plus de temps que celui de tisser la partition d'un requiem. La lame de la faucheuse pressait consciencieusement leurs gorges avec ferveur tant de sombres nuages vinrent emplirent l’atmosphère. La quintessence d’un funeste tableau s'échafaudait peu à peu. Prendre des vies était devenu une épuisante habitude bien plus qu'une basse besogne à accomplir. C’était ce pourquoi Dean appréciait rendre ça plus divertissant à l’inverse de son cadet, pour qui cela ne se devait d’être qu’un malencontreux concerto.


ㅡ Sergent Chevalier Runique : « Je repose la question. Qui êtes-vous et que venez-vous faire ici ? » s'exclama t-il plein de questions.

▲▼▲




ㅡ Dean : « Ahh.. Nous autre les êtres-humains sommes vraiment surprenants » s'exclama Dean tout en continuant son avancé.

Soudain orchestré par le sergent-chef des Chevaliers Runiques, et Fusils en joug ; tous prirent Dean pour cible, le criblant de balles.  La violence inouïe de cet assaut aurait surement dû avoir raison de lui, et c’est sans le moindre doute la pensée commune qui traversa les songes de tous ceux présents à ce moment-là néanmoins… Il semblait que les choses ne se soit pas passées comme la logique l’imposait. En effet, tandis que de nombreuses douilles s’écroulèrent sur le sol froid d’Oak Town, que le nuage de sable s’abaissait, un cri de douleur retentit. Nul ne se douta un moment de qui cela pouvait bien être quand reprit enfin le monologue de notre mage.


ㅡ Dean « Cette façon qu’on peut avoir de trouver des explications a nos actes les plus abjectes, cette façon de détruire l'autre au profit de rien, pathétique et tellement intéressant que s’en est fascinant » poursuivit Dean, lâchant une dépouille contre le sol.

Aucune des balles tirées n’avaient su avoir raison de lui et pour cause, il les avait toutes esquivées avant d’empoigner la tête du sergent-chef, qui gisait désormais au sol le visage défiguré.

Ta voix brise le silence.
« Je suis Dean Vanetti... Mage de Silver Scythe, Enchanté. » annonça Dean continuant son avancée dans la place du centre ville



Une situation des enviables quoi...



1338 mots | //
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Course Poursuite ✖ Escroquerie ✖ Conneries / Feat Marek, Autumn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est quoi cette blague ? Bigoudi, conneries, rigolade... [feat. Maddy]
» Poursuite d'un voleur
» Marek
» [Eradiqué]-Escroquerie-Marretoi-(22/09/56) [Mort]
» [relaxe amende] escroquerie poitiers le 15 mars oscar 2000

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail Dimension :: Royaume de Fiore :: Oak Town-
Sauter vers: